L’OSTÉOPATHIE

L'appareil locomoteur conditionne la santé et le bien-être. Réajuster les structures du corps grâce à des techniques de manipulation améliore le fonctionnement de l'organisme et sa capacité d'autoguérison. L'ostéopathie peut donc soigner et prévenir certaines maladies.

L'indication de l'ostéopathie la plus connue est le soulagement des douleurs et des problèmes musculosquelettiques, et plus particulièrement le mal de dos, dont la lombalgie. Des essais cliniques ont démontré l'efficacité de l'ostéopathie dès le premier mois suivant le début des symptômes. Les patients traités par ostéopathie consomment moins de médicaments anti-inflammatoires et antidouleurs.

POUR QUI?

 

Sportifs

Les sportifs soumettent leur corps à un certain nombre de contraintes importantes. L'ensemble des structures biomécaniques est sollicité, les articulations ; les muscles ; les tendons ; les ligaments.

L'intervention d'un ostéopathe peut être tout à fait intéressante pour les sportifs à tous les niveaux.

Qu'il s'agisse :

  • d'un amateur qui veut pratiquer sans risque tout en se faisant plaisir ;

  • d'un semi-professionnel qui souhaite améliorer ses performances ;

  • d'un professionnel qui désire récupérer rapidement après une blessure ou qui cherche à se préparer à une épreuve particulière.

Le côté préventif est également fondamental et, au sein d'équipes importantes, le thérapeute pratique en étroite collaboration avec toute une équipe médicale (pluridisciplinaire).

Toute perte de mobilité des articulations, des muscles, des ligaments ou des viscères peut provoquer un déséquilibre de l’état de santé. Celui-ci se manifeste chez le sportif par différents symptômes, de la simple contracture à la douleur chronique, altérant de toute façon les performances.

L’ostéopathie améliore vos performances

Par son action spécifique sur l’ensemble du corps, l’ostéopathe saura reconnaître et traitera les véritables causes des douleurs limitant la pratique de l’activité sportive.

Par son efficacité, il améliore le potentiel et la puissance musculaire, la souplesse articulaire et la capacité respiratoire.

Le traitement ostéopathique permet également une meilleure concentration avant l’épreuve et une récupération optimale après l’effort.

L’ostéopathie chez l’enfant sportif

Elle est particulièrement indiquée pour corriger les conséquences des chutes et traumatismes.

De manière préventive, des bilans réguliers sont également recommandés pour suivre l’enfant sportif dans son développement. Il est intéressant de contrôler les candidats qui se destinent à une activité sportive intense. La conservation de l’équilibre de leur corps permettra de pratiquer ce sport durablement.

Quand consulter ?

À titre préventif :

  • pour établir un “check up”, pour préparer une épreuve.

À titre curatif :

  • pour rééquilibrer de façon très précise les axes articulaires qui ont été perturbés par un choc;

  • après fractures, entorses, opérations chirurgicales pour aider à une bonne cicatrisation;

  • pour effacer les traumatismes même anciens.

Mais aussi en cas de :

  • chutes sans traumatismes osseux ni lésions visibles sur une radiodouleurs articulaires diverses;

  • tennis elbow, talalgies, pubalgies, périarthrites, épicondylite;

  • essoufflement à l’effort, “point de côté;

  • sciatiques, cruralgies, cervicalgies, dorsalgies, lombalgies;

  • maux de tête, troubles de l’équilibre, vertiges;

  • mauvaise récupération entre les épreuves;

  • stress, manque de concentration, troubles du sommeil.

 

Les Ostéopathes et le sport

À la demande d’organisations sportives, des ostéopathes interviennent sur des manifestations de renommée comme : Tour de France à la Voile, Trophée Clairefontaine, Evian Masters (golf), Coupe du Monde d’escalade, Paris Nice challenge/VTT, Raid Trans Massif, Championnat du Monde de Motomarine, Air France Rugby Seven, Rallye de Monte Carlo, Finale des Championnats de France Féminin de Tennis… Présence dans le monde de l’automobile et de la moto (Circuits, Rallye Raid, etc.).

 

Nourissons

L’accouchement peut être le premier des traumatismes pour le bébé. Trop long ou trop court, il peut perturber le fonctionnement normal des structures crâniennes et en perturber le développement. Difficile, il nécessite parfois l’emploi de spatules, ventouses ou forceps, qui vont influer sur la mobilité des jonctions des os du crâne et occasionner des troubles fonctionnels immédiats ou ultérieurs.

Souvent, les nouveaux nés naissent avec la tête un peu déformée, le crâne en obus, un oeil plus fermé que l’autre, une oreille plus en avant que l’autre, le nez un peu écrasé… Les parents s’entendent dire que cela se remettra tout seul. Pourtant il en résulte souvent une ou plusieurs dysfonctions ostéopathiques pouvant générer des troubles fonctionnels.

Quand consulter: 

  • lorsque l’accouchement s’est effectué sous péridurale;

  • quand le travail a été trop long (plus de huit heures) ou trop court (moins de deux heures);

  • en cas de grossesse gémellaire;

  • si la présentation s’est faite par la siège, par la face ou par le front;

  • après une forte traction sur la tête;

  • quand le cordon s’est enroulé autour du cou;

  • dans les cas de prématurité (le crâne est plus fragile);

  • si l’expulsion a nécessité une forte pression sur l’abdomen maternel;

  • après l’emploi de forceps, ventouse ou spatule en cas de césarienne;

  • en cas de souffrance foetale, de réanimation même légère du bébé.

Apprendre à observer son bébé et consulter quand :

  • il se cambre en arrière lorsqu’on le prend dans les bras ou pendant la tétée;

  • le bébé est crispé (bras et/ou mains raides);

  • il sursaute au moindre bruit et montre de petits tremblements;

  • il est atone et a du mal à tenir sa tête;

  • il pleure tout le temps;

  • il dort très peu;

  • il régurgite;

  • il ne digère pas et il est agité après la tétée;

  • il a du mal ou met un temps infini à téter;

  • il use ses cheveux derrière la tête de façon asymétrique;

  • il a une mauvaise position et/ou une asymétrie des hanches, des membres inférieurs ou des pieds;

  • il met toujours un bras en arrière;

  • il tourne toujours la tête du même côté et dort toujours du même côté;

  • il garde un strabisme divergent ou convergent de façon permanente;

  • il a des troubles ORL à répétition : otites, bronchites à répétition, respiration bruyante...

 

Femmes enceintes

Quel est l’intérêt de l’ostéopathie pour la future maman ?

Toutes les mamans le diront, la grossesse provoque de nombreux changements corporels, entraînant aussi pas mal de désagréments. Et pour y faire face, l’ostéopathie peut s’avérer efficace. Elle va en effet aider le corps à s’adapter progressivement à ses modifications en relâchant les tensions accumulées. Grâce à une approche globale du bassin, du diaphragme, du crâne ou encore du thorax, le spécialiste va ainsi proposer un équilibre à votre corps en libérant les zones de restriction qui provoquent des douleurs. Par des gestes très doux, l’ostéopathe permet à votre organisme de s’ajuster à votre état et d’assurer une meilleure fonctionnalité de tous vos organes.

Quels maux l’ostéopathie peut-elle soulager ?

Lombalgie, sciatique, reflux gastriquesconstipation, hémorroïdes, problèmes de circulation, troubles du sommeil… Ces symptômes sont malheureusement le lot de nombreuses femmes enceintes. La majorité des médicaments étant à proscrire pendant la grossesse, les futures mamans ont tendance à accepter ces désagréments, alors que l’ostéopathie peut permettre de les soulager. Pour apaiser un mal de dos, par exemple, l’ostéopathe va préparer la zone douloureuse par des étirements et des massages pour détendre les ligaments, la structure osseuse et les tissus. Concernant les reflux gastriques, le travail se fera plus précisément sur l’estomac, l’œsophage et le diaphragme. C’est un travail qui tient compte de la globalité du corps, le tout se réalisant en douceur.

Quand consulter un ostéopathe ?

Les futures mamans consultent en général à partir du quatrième mois de grossesse, lorsque l’utérus devient plus volumineux et que les ligaments commencent à tirailler. Une consultation lors des septième ou huitième mois peut aussi permettre d’aider le bébé à se mettre dans l’axe et préparer la maman à un accouchement plus serein. Sachez qu’une seule séance peut parfois suffire à vous soulager. En fonction de vos symptômes, l’ostéopathe vous dira s’il est préférable de revenir le voir ou pas. Attention, une séance d’ostéopathie ne remplace en aucun cas les cours de préparation à l’accouchement.

Et le bébé dans tout ça ?

L'ostéopathie n’a aucune répercussion directe sur le bébé. L’ostéopathe intervient en effet sur les ligaments utérins et ne touche pas votre enfant. Lorsque celui-ci est en siège, le spécialiste n’est en aucun cas habilité à effectuer une version pour le retourner. Son travail consiste à équilibrer le contenu/contenant en libérant le bassin et le diaphragme, pour faire de la place au bébé et faire en sorte qu’il puisse enfin se retourner librement si cela lui est possible.

 

Adolescents

Ostéopathie et l'enfance

À l’âge de l’apprentissage de la marche, des chutes, même anodines, peuvent provoquer différents troubles :

  • sommeil perturbé;

  • affections O.R.L.;

  • excitation, colère, énervement;

  • digestion perturbée, constipation;

  • déviation de la colonne vertébrale;

  • mauvaise statique, désordre postural…

L'ostéopathie est une thérapie de choix pour corriger les séquelles des traumatismes.

Ostéopathie et scolarité

L’enfant souvent décelé à l’école comme “ne tenant pas en place, rêveur, manquant de concentration, peut être suivi avec un traitement ostéopathique. Apprenez à observer votre enfant et à l’écouter. Une plainte répétée doit vous alerter.

Ce suivi lui permettra de se détendre ,de mieux se concentrer et d’être ainsi plus attentif. Les enfants sont particulièrement réceptifs et sensibles au confort apporté par le traitement. Les difficultés scolaires seront d’autant plus améliorées que le traitement sera précoce.

Ostéopathie et colonne vertébrale

Les troubles de la statique chez l’enfant (scoliose, lordose, cyphose) sont le signe d’une mauvaise adaptation du corps. Les causes, qui peuvent être viscérales, traumatiques, crâniennes, seront déterminées par un diagnostic ostéopathique spécifique.

Des techniques de correction adaptées amélioreront ces troubles vertébraux. La collaboration avec d’autres professions de santé est parfois nécessaire.

Ostéopathie et orthodontie

À l’heure actuelle, on pose de plus en plus d’appareils dentaires et de nombreux orthodontistes travaillent en collaboration avec les ostéopathes pour la réussite du traitement et pour le confort de l’enfant. L’appareil orthodontique prend appui sur les structures du crâne pour faire levier sur la mâchoire et les dents.

Ces contraintes peuvent provoquer :

  • maux de tête, maux de dos;

  • vertiges;

  • troubles visuels;

  • difficultés de concentration;

  • modification de l'humeur.

Un suivi ostéopathique régulier au cours des soins dentaires est nécessaire pour pallier à ces maux, contrôler et guider les réaction du crâne et du corps.

 

Adultes

l'ostéopathie et le monde du travail

Quel que soit le métier, chacun passe quotidiennement de nombreuses heures dans la même posture, ou à répéter le même mouvement. Être assis devant un ordinateur, porter des objets, des caisses ou des outils, faire un travail manuel avec un bras toujours sollicité, ou simplement travailler dans des positions pénibles, sont des facteurs de nombreux troubles musculo-squelettiques (TMS). Le stress et les efforts du quotidien : porter les enfants, faire du ménage, du bricolage, sont également des éléments à prendre en compte.

Comment se manifestent-ils ?
Les troubles du sommeil apparaissent, la concentration au travail devient difficile, les douleurs se font ressentir, et de la fatigue morale peut en découler. Le temps passé au travail est important, et lorsque l’ergonomie est mauvaise, les TMS se manifestent par l’apparition de douleurs et autres gênes diverses.

L’ostéopathie pour tous les métiers

Maçon, agriculteur, vendeur, ouvrier de l’électronique, cuisinier, technicien de surface, etc. peuvent être tous sujets à des TMS. Fatigue oculaire, maux de tête, mal de dos, raideur du cou et des épaules, fourmillements dans les doigts, sont les principales pathologies liées au travail sur lesquelles l’ostéopathie peut agir.

Les TMS touchent toutes les professions, quel que soit le secteur d’activité, et représentent plus de 80% des maladies professionnelles actuellement reconnues. À l’écoute de ces affections musculaires ou articulaires liées aux conditions de travail, l’ostéopathe utilise une méthode de soins qui s’emploie à déterminer et à traiter les restrictions de mobilité qui peuvent affecter l’ensemble des structures composant le corps humain.

L'ostéopathie améliore la qualité de vie au travail

L’apparition des premières douleurs et tensions doit inciter à consulter un ostéopathe qui effectuera un bilan complet. Il redonnera au corps sa capacité d’adaptation aux contraintes qu’il subit.

Une prise en charge ostéopathique régulière est encore plus indispensable au corps humain que le contrôle technique d’une automobile, évitant accidents et usures prématurées.

Un traitement pour tous les secteurs d’activités

L’ostéopathie intéresse toutes les professions. Pour exemple :

  • L’ostéopathie et emploi de bureau
    Rester plus de sept heures devant un ordinateur fait apparaître certains troubles : engourdissements, sensations de brûlure ou fourmillements, faiblesses musculaires, douleurs, palpitations, enflures, sensations de raideur, d'ankylose.

  • L’ostéopathie dans le secteur du bâtiment
    Dans le Bâtiment et Travaux publics, les épaules et le dos sont très sollicités entraînant les pathologies suivantes : sciatique, tendinite de la coiffe des rotateurs, bursite, épicondylite, syndrome du canal carpien, tendinite du tendon d’Achille.

  • L’ostéopathie dans le secteur agricole
    Dans ce secteur, les TMS représentent 95% des maladies professionnelles. Affections périarticulaires, du rachis lombaire, problèmes respiratoires de mécanisme allergique, lésions chroniques de ménisque.

 

Le corps opère une phase d’accumulation silencieuse de tensions et lance un cri d’alarme lorsque ces dernières deviennent plus apparentes, plus inconfortables et constantes. Identifiant l’origine physique des différents troubles liées aux conditions de travail, l’ostéopathe par ses interventions manuelles douces rétablira le bon fonctionnement de l’organisme. Pour soulager le patient il lui rendra sa capacité d’adaptation à son environnement.

Le stress

Un salarié sur cinq déclare souffrir de troubles de santé liés au stress au travail (Source INRS). Le stress provient des agressions extérieures que subit l’organisme : bruit, surmenage, pression, conflits… Il provoque des modifications dans le corps comme système de défense.

Le stress se manifeste sur trois niveaux :

  • augmentation du taux d’adrénaline, qui permet à l’organisme de réagir rapidement (augmentation rythme cardiaque, respiration plus rapide)

  • augmentation du taux de cortisol qui a un rôle d’anti-inflammatoire. Si à cette étape l’organisme réussi à lutter contre le stress, le corps pourra revenir à la normal. Dans le cas contraire, le stress devient chronique et le dernier niveau se met en place.

  • au troisième niveau, le système nerveux, trop sollicité, prend le dessus sur la gestion de nos réserves d’énergie. C’est à ce moment là que les troubles apparaissent. Attention à ce que le stress ne contribue pas à l’installation de maladies chroniques voire dégénératives (tumeurs, maladies auto-immunes, hypertension…).

Les symptômes dus à un état de stress chronique sont :

  • douleurs musculaires et articulaires,

  • maux de tête, troubles du sommeil,

  • troubles de l’appétit et de la digestion,

  • sueurs inhabituelles,

  • mal de dos,

  • nervosité,

  • palpitations.

L’ostéopathie propose une réponse thérapeutique pour les patients souffrant des symptômes dus au stress comme les palpitations, l’angoisse, les douleurs musculaires, les maux de tête. Le rééquilibre du corps peut être obtenue de différentes manières :

  • une action cranio-sacrée ciblant le système nerveux qui gère nos réserves d’énergie et régule l’hyperactivité musculaire,

  • une action viscérale, pour le relâchement des structures environnantes des viscères,

  • une action tissulaire ou respiratoire, via le travail du diaphragme ostéo-articulaire, pour le soulagement des tensions musculaires accumulées.

Statistiques 2011 de l’Assurance Maladie/Risques professionnels. En 2010 - Ministère du travail, de l’emploi et de la santé – dossier de presse Prévention des TMS dans l’entreprise – octobre 2011

 

Seniors

Au fil des ans notre corps est sujet à des transformations qui, progressivement, entrainent des diminutions de l’ensemble de ses fonctions, favorisant l’apparition d’incapacités.

Une personne âgée peut se voir au fur et à mesure privée de ses repères, de son potentiel à communiquer correctement avec son entourage et être exposée aux chutes. Elle se retrouve ainsi restreinte dans les actes de sa vie quotidienne.

Ces restrictions peuvent dès lors engendrer perte d’autonomie et isolement, et avoir une incidence non négligeable sur le plan psychologique et social.

Être suivi le plus tôt et le plus régulièrement possible par un ostéopathe permet de retrouver et de renforcer ses fonctions en travaillant sur la mobilité générale de son corps.

Promouvoir le « mieux vieillir » en maintenant un bon état global, physique, et psychique de l’individu par une action de prévention tout au long de la vie, garantit son capital santé. Par exemple, les traitements ostéopathiques améliorent l’équilibre, diminuent les douleurs ressenties à court et long termes et ainsi participent à l’amélioration de la qualité de vie.

Trois niveaux de prévention pour promouvoir le « mieux vieillir »

La Prévention primaire

La Prévention primaire a pour but de maintenir en bonne santé. Effectuée régulièrement, elle permet d’éviter l’apparition de troubles fonctionnels. Le senior entretien souplesse et équilibre pour pouvoir vivre sans contrainte.

La Prévention secondaire

La Prévention secondaire soigne le trouble fonctionnel qui est apparu avec le temps ou suite à un traumatisme corporel, et permet d’éviter rechutes et récidives. Lorsque qu’un trouble fonctionnel survient, le suivi ostéopathique permet d’éviter la propagation des maux apparus en d’autres points du corps.

Par exemple, une chute peut entrainer un mal de dos qui mal soigné peut engendrer des maux de têtes. Ainsi l’ostéopathe normalise les aléas traumatiques articulaires, freine les impacts infectieux, viraux ou cicatriciels et maintient la mobilité viscérale pour prévenir la dégénérescence des tissus.

La Prévention Tertiaire

La Prévention Tertiaire minimise une pathologie déjà présente et cherche à diminuer l’invalidité du patient. Lorsque la maladie est présente, le praticien soutient la santé en minorant les différents troubles annexes et conjoints. Une entorse de la cheville, un lumbago ou une douleur ne peuvent que rajouter à la peine d’une personne atteinte de Parkinson, d’insuffisance respiratoire ou d’un cancer.

Lutter efficacement contre les effets néfastes du vieillissement passe obligatoirement par le maintien d'un équilibre postural aussi parfait que possible. Plus tôt la prise en main s’effectue, plus les chances d’éviter une perte de mobilité importante augmentent.

Œuvrant dans le domaine de l’innocuité et de la douceur, l’ostéopathie dans sa philosophie, partenaire de santé efficace tout au long du parcours de vie et de ses risques, propose une réponse pour maintenir le bien-être quelque soit l’âge.

Réalisé a partir du site de l'UFOF

 © Olivier Usureau - 2019

  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône